Coronavirus : stratégie financière - AG Employee Benefits

Vos cookies sont désactivés. Veuillez activer vos cookies pour enregistrer vos préférences.

Nous utilisons des cookies pour optimiser l'expérience utilisateur, offrir des informations personnalisées et permettre le partage sur les réseaux sociaux. L'accord que vous donnez en cliquant sur 'D'accord' est valable pour tous les sites web d'AG Insurance. Consultez également notre politique en matière de cookies ainsi que notre déclaration en matière de confidentialité.

Analyse Wim Vermeir : impact du coronavirus sur la stratégie financière d’AG

Publié le 04-08-2020

PARTAGEZ

Quel est l’impact du coronavirus sur notre stratégie financière ?

​​​

Le coronavirus impacte toute notre économie et de ce fait, également les marchés financiers. Nos experts financiers gardent constamment un œil sur les marchés et adaptent leur stratégie financière si nécessaire en fonction des opportunités des marchés boursiers et donc aujourd’hui aussi en fonction de la crise du coronavirus.​

Un premier semestre positif malgré la crise du coronavirus 

Les trois premiers mois de l’année 2020 ont connu des mouvements boursiers sans précédent mais ceux-ci ont laissé place à une reprise rapide ces derniers mois. La baisse du premier semestre sur les marchés financiers reste donc relativement limitée. Pourquoi les économistes sont-ils optimistes ? Et les facteurs de risque sont-ils toujours présents ?

Notre Chief Investment Officer, Wim Vermeir s’est penché sur la question et nous offre également une analyse complète de la situation sur les marchés financiers. Retrouvez ci-dessous les principaux éléments à retenir de son analyse.
 
Pour l’instant, les économistes restent optimistes 

Aujourd’hui, nous connaissons mieux le Covid-19 et nous savons qu’en combinant des mesures de quarantaine, d'hygiène et de traçage, nous pouvons contrôler le nombre de contaminations. De plus, grâce aux nombreux investissements, les chercheurs et les scientifiques sont sur la bonne voie pour trouver un vaccin

D’un point de vue économique, les secteurs fortement touchés comme l'HORECA, le tourisme, la culture et le sport sont peu représentés sur les places boursières. Par contre, les secteurs qui sont principalement présents à la bourse comme le secteur pharmaceutique, technologique et le secteur des télécommunications ont moins souffert de la crise. En outre, l’intervention des banques centrales a joué un rôle capital dans les plans de relance de notre économie.​

Malgré la reprise ra​pide des derniers mois, certains facteurs de risque restent bien présents 

Le nombre de contaminations ne cesse d’augmenter, la deuxième vague est désormais à nos portes et le risque d’une mutation du virus n’est pas non plus impossible. De plus, la première vague nous a également laissé un goût amer avec un taux de chômage historiquement élevé et une augmentation du nombre de faillite. Et enfin, personne ne sait quand l’économie reprendra son cours normal.​

Vous souhaitez obtenir toutes les détails de l’analyse de Wim Vermeir, CIO
chez AG ?​




Comment AG adapte sa stratégie financière face au coronavirus ?​


Les obligations d'État : vu le faible taux d'intérêt actuel de ces obligations, nous les sous-pondérons donc au sein de notre portefeuille de branche 23. 

En branche 21, nous investissons dans des alternatives défensives comme les prêts d'infrastructure, les crédits-logement, les prêts directs aux pouvoirs publics et le financement de logements sociaux (avec garantie publique). Celles-ci ne sont pas rachetées par les banques centrales. C’est pourquoi elles offrent un rendement plus élevé pour un risque plus faible. 

Les obligations d’entreprises : les rendements d’obligations de qualité restent intéressants, notamment grâce au soutien des banques centrales. Nous continuons à investir dans ces obligations mais moins qu’au premier trimestre. ​

Les actions : elles ont connu une augmentation rapide au deuxième trimestre mais il est très probable qu’elles subissent une correction à court terme. Pour les actions, nous conservons donc notre stratégie. Si les corrections se confirment, nous achèterons plus d’actions.

Parallèlement, nous avons développé un programme d'achats systématiques étalés dans le temps. Avec la situation actuelle de reprise économique et de taux bas, les valorisations des actions à long terme sont acceptables. Nous privilégions des actions en Europe car la crise sanitaire y est mieux maitrisée. Nous investissons également davantage dans une valorisation attrayante (les actions dites de valeur).​

Vous êtes intéressé par notre stratégie financière et nos fonds en branche 23 ?​