Le travail hybride dans votre organisation ? - AG Employee Benefits

Vos cookies sont désactivés. Veuillez activer vos cookies pour enregistrer vos préférences.

Nous utilisons des cookies pour optimiser l'expérience utilisateur, offrir des informations personnalisées et permettre le partage sur les réseaux sociaux. L'accord que vous donnez en cliquant sur 'D'accord' est valable pour tous les sites web d'AG Insurance. Consultez également notre politique en matière de cookies ainsi que notre déclaration en matière de confidentialité.

Interview avec Ellen De Vleeschouwer

Publié le 13-09-2021

PARTAGEZ

Comment appliquer le travail hybride de manière saine et durable au sein de votre organisation ?

Vous le constatez probablement aussi : de plus en plus de gens alternent entre travail au bureau et travail virtuel ou à la maison. Il est primordial que les organisations réalisent que cette combinaison hybride n'est pas une tendance, mais la nouvelle norme. Et celles qui ne mettent pas en œuvre une politique adaptée risquent de faire face à une baisse du bien-être et de la productivité de leurs collaborateurs. Mais comment appliquer cette méthode de travail en prêtant attention à la santé et au bien-être de vos collaborateurs ? Nous en avons discuté avec Ellen De Vleeschouwer, fondatrice et General Manager d'AG Health Partner. 

En quoi consiste exactement le travail hybride ?

Cette nouvelle façon de travailler implique avant tout un changement de l'organisation du travail, qui devient plus indépendante du lieu et du temps. L'accent est mis sur l'output plutôt que sur l'input, et les outils numériques sont indispensables à cet égard. Avec le travail hybride, votre organisation s'appuie sur trois 'B' comme leviers : les bricks ou le bureau, les bytes en raison des possibilités technologiques, et enfin le comportement ou behaviour, c'est-à-dire les attitudes et les habitudes pour assurer la réussite de cette méthode de travail


Dans quelle mesure les organisations appliquent-elles ces trois piliers ?

Les bricks & bytes ne posent généralement pas de problème, et sont souvent suffisamment concrets pour que l'on puisse commencer à y travailler à court terme. Par contre, en tant qu'organisation, vous devez accorder au moins autant d'attention au comportement, ce qui est déjà moins évident. Il est en effet crucial pour le bien-être social, physique et mental de chaque travailleur. Ce qui, à son tour, peut sensiblement influencer le succès de votre entreprise. Attention : le travail hybride n'est pas une simple combinaison de travail au bureau et à domicile. Il faut un cadre. Il est donc temps pour les entreprises de mettre en place une politique claire.


Que doit englober cette politique ?

Notre expertise chez AG Health Partner nous permet de distinguer cinq piliers. Le premier concerne l'examen des processus de travail : dans quelle mesure peuvent-ils cohabiter au sein de votre organisation ? La vaste majorité des entreprises travaillent de manière synchrone : tous les collaborateurs suivent les mêmes horaires. Mais la méthode asynchrone existe aussi dans la pratique. Grâce à elle, les travailleurs choisissent quand ils répondent aux e-mails ou aux messages instantanés, et la concertation se fait dans des plages horaires convenues. Si elle est bien appliquée, chaque membre de l'équipe peut trouver un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Ce qui ne fait qu'améliorer les performances.

Le deuxième pilier porte sur la communication propice à la connexion. Un mode de travail sain et hybride nécessite une communication honnête entre tous les collaborateurs de l'entreprise. En étant sincèrement à l'écoute de ce que pensent les autres, la collaboration devient plus harmonieuse. Troisième aspect : le télétravail ciblé. Pendant la crise du coronavirus, de nombreuses entreprises ont été contraintes de transposer leurs méthodes de travail typiques du bureau à un environnement domestique, sur une base individuelle. Or, ce contexte est radicalement différent : la frontière avec la vie privée n'est pas toujours aussi facile à maintenir. Il est donc crucial que chacun dans l'entreprise puisse adapter sa façon de travailler à son fonctionnement (celui de son cerveau) et de son environnement. Par exemple, l'un des avantages du travail à domicile est que l'on peut travailler sans être interrompu ou distrait. 

Ceux qui ne tiennent pas compte de ces différences spécifiques à ces deux types d'environnement risquent une baisse de productivité, voire des troubles psychologiques. Le quatrième pilier se concentre sur l'avenir du travail de chacun. Nous savons tous que l'attitude de vos collaborateurs influence leurs chances de réaliser leurs objectifs et leurs ambitions. S'ils sont capables de modeler leur cerveau et de voir plus d'opportunités que de difficultés, le travail hybride deviendra un catalyseur pour l'élargissement de leurs compétences. Nous utilisons de plus en plus de technologies. Dès lors, cette méthode de travail nous invite à aiguiser nos compétences numériques. Enfin, tous ces éléments se confondent dans le cinquième pilier : des habitudes saines. Si vos collaborateurs parviennent à mettre en place quelques habitudes saines en matière d'alimentation, d'exercice et de repos, vous constaterez automatiquement qu'ils s'épanouissent bien mieux dans le mode de travail hybride.


Dans quelle mesure les entreprises peuvent-elles se charger elles-mêmes de cette mission ?

C'est difficile à dire, car une telle politique dépend de sa bonne mise en œuvre. Il est crucial d'apporter suffisamment de soutien aux collaborateurs dans cette transition. De nombreuses organisations ont donc effectivement besoin de l'encadrement avisé d'experts reconnus. Le travail hybride est en effet une notion très large, et il est important de ne pas précipiter les choses. C'est pourquoi nous avons créé le programme Healthy Hybrid Habits.


Que peuvent attendre les organisations de ce programme ?

Ce programme se compose de cinq ateliers dans lesquels des coachs reconnus mettent en lumière une à une les dimensions du travail hybride. Pour les dirigeants d'entreprise et les responsables des ressources humaines, c'est le moyen idéal de mettre en œuvre le travail hybride de manière efficace et durable. Et surtout d'apporter aux collaborateurs le meilleur soutien possible dans cette transition.  Autre aspect pratique : en tant qu'organisation, vous pouvez bénéficier des subsides emploi-service (werkbaarheidscheques) du Gouvernement flamand. Par le biais de ces subsides, la Flandre finance jusqu'à 60 % de vos projets liés à l'amélioration de la qualité de l'emploi (y compris ceux relatifs au travail hybride), avec un maximum de 10.000 euros. La date butoir pour demander ces chèques approche : les entreprises ont jusqu'au 31 décembre de cette année.


Prêt à appliquer avec succès le travail hybride dans votre organisation ?
Plus d'infos ici !